Notre recette du célèbre Cocktail Daiquiri revu par notre expert en mixiologie !

 

Pourquoi ne pas s’envoler vers les Caraïbes en dégustant ce cocktail d’origine cubaine, déclinable selon les envies ? Notre Expert en mixologie saura vous  épater en revisitant les grands classiques !

Au Jardin Malanga, en Guadeloupe, nous créons pour vous des cocktails afin de marier et accorder les saveurs avec équilibre. Un véritable voyage de saveurs originales et surprenantes. Aujourd’hui, notre expert vous dévoile sa recette du célèbre cocktail Daiquiri.

Pour la petite histoire, plusieurs légendes s’approprient la création de ce cocktail. La plus célèbre explique qu’au début du XXème siècle, un ingénieur, nommé Pagliuchi, aurait visité une mine de fer située à Daïquiri, dans l’Est de Cuba. Il est reçu par un ingénieur américain. Après la visite, ce dernier aurait voulu offrir un verre à son invité mais n’avait plus qu’en réserve du rhum, du sucre et des citrons… ! Le Daiquiri serait né ainsi.

Le saviez-vous ?  Le célèbre cocktail cubain a tellement de célébrité, qu’il a dorénavant sa propre journée : le 19 juillet est officiellement la journée mondiale du daïquiri !

Alors n’attendez plus, prenez votre shaker !

Ingrédients :
– 4 cl de rhum blanc
– 2 cl de jus de citron vert
– 1 cl de sirop de sucre de canne

La préparation :
Remplissez la moitié d’un shaker de glaçons.
Versez tous les ingrédients dans un shaker.
Shakez le tout et versez bien frais dans un verre type Martini.

Beaucoup de déclinaisons sont possibles mais notre préférée reste la version mangues, fraîchement cueillies du jardin.  L’astuce pour cette déclinaison est d’ajouter 1,5 cl de purée de mangue.

D’autres versions sont tout aussi délicieuses, l’une plus sucrée et Créole, l’autre plus traditionnelle :
– Une version banane avec deux tranches à ajouter. Il est alors préférable de mixer et non de shaker pour obtenir une texture plus onctueuse.
– Une version frenchy, avec 2cL de liqueur d’orange et 1,5 cl de jus d’orange à ajouter.
A vous de choisir votre déclinaison favorite ou de trouver votre propre déclinaison pour épater vos convives…

Les conseils de notre Expert au Jardin Malanga : attention à ne pas tester trop de déclinaisons et ne consommer qu’avec modération !

Les 10 saveurs incontournables de Guadeloupe

La cuisine créole métisse les saveurs, les épices et les recettes  aux horizons différents. Notre top 10 à tester sur place.

L’acras de morue ou de malanga (végétarien)

Souvent accompagnés d’une petite sauce relevée, ces beignets de poisson, le plus souvent de la morue, de crustacés ou de racines sont agrémentés d’épices et de piments  et se dégustent en apéritif.

Le boudin créole

Charcuterie fabriquée principalement à partir de sang de cochon, de pain, de bois d’inde et d’autres épices et herbes aromatiques, ce plat remonte à l’antiquité. Il est traditionnellement préparé pour noël.

Le poulet boucané

La volaille de ce plat typique, préalablement marinée, est fumée dans un barbecue avec de la canne à sucre. Il est servi avec de la sauce chien (composée d’oignon, de piments, d’huile et de citron), du riz, des ignames ou des patates douces. Alléchant !

Le planteur et le ti-punch

Doux et parfumé, le planteur est un cocktail à base de jus de fruits, de sirop de canne, d’angostura, de citron,  et de rhums blanc et vieux. Pour les amateurs d’alcool fort, le ti-punch est un  rhum servi sec avec du sucre  de canne et du citron.  L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Le sorbet coco

Il s’agit d’une glace artisanale dont la délicatesse est obtenue à partir de chair  de noix de coco fraîche pressée, agrémentée de cannelle, vanille et de zestes de citron vert à l’aide d’une sorbetière dotée d’une manivelle. À ne pas manquer !

Le flan coco

Souvent proposé en dessert dans les restaurants et dans toutes les boulangeries,  ce flan à la noix de coco délicieux et frais  est servi avec une sauce caramel.

Les épices

Anis étoilé, cumin, colombo, cannelle, muscade, piment végétarien, roucou…  les épices relèvent poissons, crustacées, viandes et plats traditionnels mijotés. Elles font de la cuisine antillaise une gastronomie métissée et surprenante !

Les fruits tropicaux

La variété de fruits disponibles sur les étals donne  l’eau à la bouche. On adore la carambole, la banane,  la mangue, le maracuja (aussi appelé « fruit de la passion ») et la noix de coco, ou encore la pomme liane et la pomme cannelle, à découvrir en fonction des saisons.

La street food

Vous partez en exploration? Découvrez le sandwich star  de la guadeloupe!  Le bokit est un pain frit et garni de chiquetaille de morue, de poulet, de jambon, fromage, crudités, thon…  ou de ce que l’on veut !

Les sauces piquantes

Sauce chien, sauce créoline, sauce enragée, sauce à l’avocat, sauce de poisson fumé, sauce aigre-douce… elles viennent relever tous les plats. Pour que les larmes ne vous montent pas aux yeux, apprenez  à bien doser !

Faustine François

Tout savoir sur la banane !

Elle est bonne pour le moral, le tonus et la santé… la banane est également l’une des plus grandes richesses économiques de l’île ! Zoom sur ce fruit aux multiples qualités.

Histoire

Ce sont les Portugais qui introduisent ce fruit en Martinique au XVI e siècle. Mais ce n’est qu’au début du XX e siècle qu’il va véritablement prendre de l’importance en Guadeloupe. En 1928, un cyclone ravage les plantations de café et de cacao. On commence alors à planter des bananiers, mais c’est dans les années 60 que la production va fortement se développer.

Particularités

Le bananier est une herbe géante. Une fois en terre, le petit bananier va mettre neuf mois à atteindre sa taille adulte pour produire des fruits. Ensuite, une fleur de bananier, la popotte, émerge et donne naissance à un régime de bananes qu’on pourra cueillir neuf semaines plus tard. Tout ce temps, le régime est protégé des oiseaux et insectes par des sacs plastique biodégradables. Une fois les fruits cueillis, il faut encore trois à quatre semaines pour les déguster.

Cuisine

La banane est présente dans de nombreux plats antillais comme dans le colombo de poulet (plantin), mais aussi dans les pâtés antillais, ou préparée en chips, en gratin, en beignets façon churros ou encore dans les cocktails.

Bio

Aujourd’hui, les producteurs sont attentifs à l’utilisation modérée de pesticides. Ils se tournent de plus en plus vers une culture se rapprochant du bio avec un engagement durable. À savoir: la peau de banane est un engrais de premier choix.

Faustine François

Le Carpaccio Ananas et son Moelleux au Chocolat du Chef Laurent

Le Jardin Malanga, c’est aussi une table d’hôtes d’exception : Le Panga.

Le Chef Laurent Barré vous y fait découvrir ses recettes mêlant cuisine traditionnelle et twist créole.

Zoom sur un dessert riche en saveurs :

Le Carpaccio Ananas et son moelleux au chocolat au sirop groseille pays.

Déroulé de la recette :

Tailler en fine tranche l’ananas et les disposer dans l’assiette.

Moelleux au chocolat :

Faire fondre le chocolat avec le beurre.
Battre les œufs avec le sucre, farine, levure, vanille. Une fois le mélange bien homogène, rajouter le mélange chocolat beurre.
Mélanger le tout et faire cuire dans des moules individuels au four à 180° pendant 10 minutes.
Le laisser refroidir et le placer au milieu du carpaccio.
Ajouter de la Noix de coco râpé et zeste de citron vert sur l’ananas.
Rajouter une boule de glace ananas sur le dessus, et une feuille de menthe.
Avec un pinceau, étaler du sirop de groseille pays (Hibiscus flower) sur le carpaccio.

Découvrez d’autres recettes du Chef Laurent !

Bonne dégustation !

Le Colombo, une spécialité des îles de Guadeloupe

Comme chacun sait, la cuisine des îles de Guadeloupe est très parfumée et l’un des plats phares de sa gastronomie ne manque pas de goût puisqu’il s’agit du fameux colombo qui tient son nom de l’épice utilisé.

Le colombo pourrait être présenté comme l’équivalent antillais du curry Indien. Il ne s’agit en effet pas d’un seul épice, mais d’un subtil mélange de curcuma, cumin, coriandre, clous de girofle, poivre noir, fenugrec, moutarde et gingembre qui seront revenus à sec afin d’être finement moulus pour obtenir cette poudre jaune.

Ce mélange a par ailleurs été introduit par les coolies, les immigrés des indes orientales à compter de 1862.

Assez d’histoire, passons maintenant à la réalisation de la recette !

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 6 cuisses de poulet
  • 4 pommes de terre
  • 2 carottes
  • 4 gousses d’ail
  • 1 gros oignon
  • 1 échalote
  • 4 cuillères à soupe de thym
  • 3 cuillères à soupe de persil
  • 1 cuillère à café de piment de Cayenne ou de piment vert
  • 4 cuillères à soupe d’épice à Colombo
  • 1 citron vert
  • Sel et poivre
  • Vinaigre
  • 15 cl de lait de coco

La Veille :

Préparer la marinade avec l’échalote, 3 gousses d’ail écrasées, 1 cuillère à soupe de vinaigre, 1 tasse d’eau, 1 cuillère à café de coriandre et 1 cuillère à soupe de Colombo.

Verser la marinade sur le poulet salé et poivré et laisser toute une nuit au réfrigérateur.

Le jour J :

Dans une grande cocotte, faites revenir l’oignon émincé avec une gousse d’ail écrasée.

Ajouter ensuite le poulet le faire dorer sur toutes ses faces en ajoutant peu à peu la marinade.

Ajouter les pommes de terre et les carotte coupées en gros cubes, le jus de citron et les épices (sauf ail et colombo).

Laisser cuire 15 minutes à couvert.
Incorporer le Colombo et bien mélanger. Laisser mijoter 15 min toujours à couvert.

Verser le lait de coco et laisser cuire encore 5 minutes non couvert à feu moyen.

Rectifier l’assaisonnement et servir bien chaud avec du riz.

Il n’y a maintenant plus qu’à déguster, régalez-vous !

 

Variantes : Vous pouvez remplacer le poulet par du porc ou même des crevettes. De même pour les légumes, vous pouvez utiliser des patates douces et des aubergines et courgettes, votre imagination est la limite !

Si ce plat vous a donné l’eau à la bouche, allez vite voir le dessert que vous propose le Chef Laurent au restaurant du Jardin Malanga !

La fête des cuisinières

Arrivée des cuisinières à la cathédrale
L’arrivée des cuisinières à la messe pour la bénédiction de leurs plats

Une journée d’immersion au cœur des traditions créoles.

Chaque année le 10 Août, les femmes prennent le pouvoir en Guadeloupe pour célébrer la richesse du patrimoine Guadeloupéen.  Les gourmands retiendront surtout les mets savoureux. Toutes ces spécialités qui mettent l’eau à la bouche. Tous ces parfums qui chatouillent les narines et mettent en appétit.

L'association des Cuisinières de Guadeloupe
L’association des Cuisinières de Guadeloupe

La fêtes des cuisinières est bien plus que ça.

Elles transmettent de génération en génération l’esprit de fraternité à l’origine de leur mouvement. De 14 à 97 ans, un peu plus de 200 cuisinières de l’association défendent avec fierté leur identité insulaire à travers leurs chatoyants costumes,  leurs coiffes portées avec élégances et fiertés.

Une tradition depuis un siècle qui prend sa source dans un élan de solidarité, le 14 Juillet 1916.

Au début du siècle dernier, une employée de maison perd son mari et peine à réunir suffisamment d’argent lui offrir un enterrement décent. Emues par l’histoire de la veuve, 5 femmes décident de lui venir en aide.  La collecte organisée auprès des gens de maison fonctionne bien. Elle donne rapidement naissance à une tontine qui prend le nom de « Le Cuistot mutuel ». La première mutuelle, en Guadeloupe voit ainsi le jour. Elle assure à ces adhérentes d’avoir un enterrement décent à leur mort. Depuis, « Les Cuisinières » perpétuent la tradition. Elles offrent leurs talents lors des cérémonies d’enterrement.

Messe des Cuisinières à Pointe à pitre
Messe des Cuisinières à Pointe à pitre

Véritables gardiennes du patrimoine

Ces femmes de caractères ont développé leur association jusqu’à en faire un pilier de la tradition culinaire et vestimentaire guadeloupéenne. Véritables gardiennes du patrimoine, elles portent avec allure, le jour de la fête, leurs costumes traditionnels et leur tablier brodé au symbole de leur saint patron : St Laurent.

Faut-il voir un trait d’humour de la part des cuisinières dans le choix de ce St Patron ?

Le prêtre Laurent de Rome fut condamné à mourir grillé sur le bûcher. Il refusait de donner les trésors de l’église au préfet de Rome pour l’entretien des troupes de l’empereur. La légende dit que ces dernières paroles sur le bûcher furent :

« Voici, misérable, que tu as rôti un côté ; retourne l’autre et mange. »

…Ce qui lui valut le titre de St Patron des cuisiniers …et des rôtisseurs !

Portrait de femmes remarquables: les Cuisinières de Guadeloupe
Portrait de femmes remarquables : les Cuisinières de Guadeloupe

La procession : un moment de joie et de partage

Après la messe, Les cuisinières se rassemblent sur le parvis de la cathédrale en un festival coloré de madras et de coiffes. Elles se mettent en ordre pour le défilé, les bras chargés de plats authentiquement créole, de paniers de fruits de légumes et d’ustensiles de cuisine. La présidente et ces adjointes sonnent le départ armées de leurs clochettes. Elles annoncent leur arrivée à chaque carrefour et distribuent tout au long du parcours les plats bénis plus tôt. La joyeuse procession traverse la ville au son des chants et du Gwo Ka pour un grand moment de partage…de petits gâteaux savoureux !

Clochette de la présidente de l'association
Clochette de la présidente de l’association
Défilé des Cuisinières après la messe
Défilé des Cuisinières après la messe
Les futures codons bleu de l'association des Cuisinières
Les futures cordons bleus de l’association des Cuisinières

Viens ensuite l’heure du pique-nique. Les cordons bleus au sommet de leur art font goûter leurs spécialités (le déjeuner est payant). Une délicieuse expérience de la gastronomie créole ! La fête continue par un bal et se termine tard dans la nuit.

Apéritif 100% Créole

Bien préparer les vacances c’est commencer à se mettre dans l’ambiance immédiatement !
On commence donc par l’apéro Créole avec le célèbre Ti-Punch. Il existe bien entendu de nombreuses variantes de recettes. Celle-ci est testée et approuvée !

Ti-punch sur la plage
Ti-punch sur la plage

Le Ti-Punch  est traditionnellement fait avec du rhum blanc, mais un bon rhum ambré aux délicates saveurs boisé est très agréable aussi !  Vous pouvez au choix prendre : du sucre de canne, ou mieux du sirop de canne ou encore mieux : faire vous-même votre sirop de canne et ça change TOUT !

Recette du sirop maison
Recette du sirop maison

Sirop de canne maison

  • 1kg de cassonade
  • 4 citrons verts
  • 2 gousses de vanille (fendues en 2)
  • 2 pincées de cannelle
  • 1 soupçon de noix de muscade
  • 2 clous de girofles
  • 1 zeste d’orange
  • 1 pincée de poivre

2 minutes de préparation et 30 minutes de cuisson. Mettez tous les ingrédients dans une casserole et recouvrez de la même hauteur d’eau. Cuisez à feu doux pendant ½ heure en mélangeant régulièrement avec une cuillère en bois. Lorsque vous trempez et ressortez la cuillère vous devez voir un fil de sirop, si ce n’est pas le cas laisser encore cuire un peu. Quand le sirop à la consistance recherché, filtrez le dans un chinois. Le sirop se gardera parfaitement au frigo plusieurs mois dans un bocal ou une bouteille fermée.

Réaliser directement dans le verre
Réaliser directement dans le verre

Revenons au ti-punch !

Pour 1 personne

  • 6 cl de rhum blanc ou rhum agricole
  • 2 cl de sirop de sucre de canne (ou 3 cuillères à soupe de sucre de canne)
  • 1 tranche de citron vert

Faites votre préparation directement dans le verre.

Bien écraser le citron au fond du vert puis ajouter le sirop, et mélanger. Versez ensuite le rhum, mélanger et ajouter une autre tranche de citron pour décorer.

Le Ti-Punch se bois  généralement sans glace…et accompagné d’accras !

Acras créole
Acras de morue (ou cabillaud)

Les accras

Une recette sans difficulté qui prend 20 minutes environ de préparation

Ingrédients pour 15 accras

  • 100 gr de morue dessalée  ou 100 gramme de cabillaud (c’est le même poisson, mais il s’appelle « cabillaud » lorsqu’il est frais, non salé)
  • 60 gr de farine
  • 1/3 de sachet de levure
  • ½ échalote
  • 1 gousse d’ail
  • 10 gr de cive
  • 1 branche de persil
  • ½ jus de citron
  • Une pointe de couteau de mélange 4 épices, de pâte de piment rouge
  • 90ml d’eau
Préparation des acras
Préparation des accras

Après avoir dessalée la morue effilochée-la (ou le cabillaud) dans un saladier, ajoutez les épices, ail, citron, échalotes. Bien mélanger avant d’ajouter la farine et mélanger à nouveau.

Ajoutez l’eau dans le saladier et remuez pour obtenir une pâte homogène.

Faite chauffez l’huile pour la friture. A l’aide d’une cuillère à café déposez les petites boules de pâte dans la friture et laissez dorer 3 à 4 minutes avant de  retirer les accras et de les déposer sur du papier absorbant.

Acras
Acras

Il ne reste qu’à déguster !